Vous souhaitez des renseignements sur le raccordement au réseau de chaleur ? Contactez-nous

Vie pratique

Le raccordement d’un bâtiment au réseau de chaleur permet à tous ses occupants d’accéder au chauffage et à l’eau chaude en continu, 7 jours/7 et 24h/24.

Le coût de la chaleur est optimisé grâce à un bouquet énergétique varié qui favorise les énergies renouvelables, dont les prix sont stables et maitrisés, décorrelés des prix des énergies fossiles (gaz, fioul, …).

Des éco gestes simples qui allient confort et efficacité permettent aussi d’économiser l’énergie et alléger leur facture. Les astuces pour réduire les consommations sont nombreuses et faciles à adopter au quotidien.

Diagnostic de performance énergétique

Pourquoi un diagnostic de performance énergétique ?

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) s’inscrit dans le cadre de la politique énergétique définie au niveau européen afin de réduire la consommation d’énergie des bâtiments, qui représente plus de 40% de la consommation nationale, et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

En quoi consiste le diagnostic de performance énergétique (DPE) ?

Il renseigne sur la performance énergétique d’un logement en évaluant sa consommation d’énergie et son impact en émissions de gaz à effet de serre, que l’on peut visualiser sur l’étiquette énergie et l’étiquette climat.

Établi par un organisme indépendant et accrédité à partir des informations fournies par le propriétaire, le DPE décrit le logement et ses équipements de chauffage, de production d’eau chaude, de refroidissement, de ventilation, ainsi que les conditions de leur utilisation. Il indique la quantité d’énergie effectivement consommée sur la base des factures.

Quelles sont les obligations en cas de vente ?

Le vendeur a l’obligation de fournir le DPE établi à ses frais, dans le dossier de diagnostic technique annexé à la promesse de vente ou à l’acte de vente.

Quelles sont les obligations en cas de location ?

Le DPE est fourni au locataire par le propriétaire. Etabli aux frais du propriétaire, il doit être fourni dans le dossier de diagnostic technique annexé au contrat de location lors de sa signature ou de son renouvellement. Il est également tenu à la disposition de tout candidat locataire qui en fait la demande. Il est valable 10 ans.

Quelles sont les conséquences du diagnostic ?

Le diagnostic de performance énergétique n’a qu’une valeur informative : l’acquéreur ou le locataire ne peut se prévaloir des informations contenues dans ce diagnostic à l’encontre du vendeur ou du propriétaire bailleur. Il a pour but d’inciter le propriétaire à améliorer la performance énergétique du bâtiment, mais il n’entraîne pas l’obligation de faire des travaux.

Comment faire des économies d’énergie ?

Le raccordement d’un bâtiment au réseau de chaleur permet à tous ses occupants d’accéder au chauffage et à l’eau chaude en continu, 7 jours/7 et 24h/24.

Le coût de la chaleur est optimisé grâce à un bouquet énergétique varié qui favorise les énergies renouvelables, dont les prix sont stables et maitrisés, décorrelés des prix des énergies fossiles (gaz, fioul, …).

Des éco gestes simples qui allient confort et efficacité permettent aussi d’économiser l’énergie et alléger leur facture. Les astuces pour réduire les consommations sont nombreuses et faciles à adopter au quotidien.

 

1. Ne chauffez pas trop

Le chauffage représente une dépense aussi importante que l’ensemble des autres utilisations électriques de la maison. Alors, baissez les radiateurs !

La température idéale est 16°C dans la chambre et 19°C dans les pièces à vivre. Un degré de moins représente 7% d’économie sur votre facture.

Pour limiter la déperdition de chaleur, fermez les volets la nuit et, d’une façon générale, soignez l’isolation thermique de votre habitat (fenêtres, murs, plafonds).

 

2. Vive les ampoules basse conso

Utilisez des ampoules basse consommation, qui consomment 30 fois moins qu’un halogène et 4 fois moins qu’une ampoule normale. Et elles durent 10 fois plus longtemps !

Attention à la poussière sur les luminaires ! Elle fait perdre un tiers d’efficacité lumineuse. Et pensez à toujours éteindre la lumière en sortant d’une pièce.

 

3. Heures creuses – heures pleines

Dans votre abonnement, choisissez l’option tarifaire «heures pleines – heures creuses», le prix du kWh est alors moins élevé entre 22 h et 6 h du matin. Et prenez l’habitude de faire fonctionner machine à laver et sèche linge après 22 heures.

 

4. La mise en veille coûte cher

Eteignez vos appareils TV, chaines HIFI, consoles, Home Cinéma, … si vous ne les utilisez pas. Une télévision en veille pendant 20 h consomme autant que si vous la regardiez pendant 4 h ! Branchez plutôt vos appareils sur des multiprises avec interrupteur, n’utilisez pas la télécommande pour éteindre, débranchez les appareils peu utilisés et, en cas d’absence prolongée, débranchez tout !

 

5. Electroménager : pensez à long terme !

Soyez attentifs aux étiquettes énergie qui classent les électroménagers de A+++ (le plus économe) à G (le plus gourmand). Entre deux appareils apparemment identiques, le moins cher à l’achat n’est pas forcément le moins coûteux à l’usage…

 

6. Cuisine : chassez le gaspi

Laver la vaisselle au lave-vaisselle est 5 fois plus économique qu’une vaisselle faite à la main ! En revanche, attention aux cycles intensifs qui consomment jusqu’à 40% de plus que les cycles normaux. Un four à micro-ondes consomme 5 fois moins qu’un four classique. Alors, utilisez-le de préférence pour réchauffer des plats.

Les plaques à induction sont plus chères à l’achat mais sont les plus économes à l’utilisation. Les plaques en fonte et vitrocéramiques se valent en consommation d’électricité, malgré une importante différence de prix à l’achat.

Astuce : si vous faites bouillir de l’eau, posez un couvercle sur la casserole. Vous consommerez alors quatre fois moins d’énergie.

 

7. Réfrigérateur : à surveiller !

Le réfrigérateur-congélateur représente 30% de votre consommation annuelle et les modèles « américains » sont trois fois plus gourmands en électricité que les autres.

N’installez pas votre réfrigérateur dans une pièce trop chauffée (à 23°C, il consomme 40% de plus qu’à 18°C !), ni à côté d’un four.

Attendez que vos aliments aient refroidi avant de les ranger au réfrigérateur. Nettoyez la grille arrière une fois par an et dégivrez tous les 6 mois pour éviter l’accumulation de glace : 3 cm de givre doublent la consommation électrique !

Économies d'eau chaude

Ne gaspillez pas l’eau chaude, vous réaliserez ainsi une double économie sur votre facture d’eau et d’énergie. Quelques conseils et gestes simples pour vous y aider.

ÉCONOMIES AU COMPTE-GOUTTES …

Dans la salle de bain, ne laissez pas couler l’eau en permanence pendant la toilette : 1,5 litre d’eau s’échappe du robinet en une minute. Lavez vos mains à l’eau froide et coupez l’eau pendant que vous vous rasez ou que vous vous brossez les dents. Utilisez plutôt un verre pour vous rincer la bouche.

PRÉFÉREZ LA DOUCHE AU BAIN

60 litres d’eau au lieu de 200 litres, une douche est plus économique qu’un bain… En plus, on y reste moins longtemps !

LAISSEZ LE LAVE-VAISSELLE SE CHARGER DE LA CORVÉE

Contrairement aux idées reçues, une vaisselle faite à la main consomme de 4 à 10 fois plus d’eau qu’une vaisselle en machine. Un lave-vaisselle de classe A vous fera économiser à la fois de l’eau et de l’énergie. Mais ne le faites fonctionner qu’à plein. Si vous préférez faire la vaisselle vous-même, faites-la avec méthode en allant du moins sale au plus sale et sans laisser couler le robinet en continu.

LESSIVE : LAVEZ MOINS CHAUD !

Lorsque vous utilisez votre lave-linge, sachez qu’un cycle à 40°C consomme trois fois moins d’énergie qu’un cycle à 90°C et que des lessives à 30/40°C sont aussi efficaces qu’à 60°C.

ÉQUIPEMENT : PENSEZ À LONG TERME

Équipez vos robinets de mitigeurs thermostatiques. Ils gardent en mémoire le réglage de la température choisie. Vous n’hésiterez donc plus à stopper la consommation d’eau chaude pendant le savonnage des cheveux ou du corps de peur de perdre le réglage de température constante. Installez des économiseurs (aussi appelés mousseurs ou aérateurs d’eau) qui limitent le débit de l’eau tout en créant un jet moussant très agréable.